bsrfcn

 

 

Je vous dirais bonsoir sans feindre le courroux

Si d’aventure un jour vous frappiez à ma porte

J’ai oublié le mal du dernier rendez-vous

Où j’attendis en vain… Le diable vous emporte !

 

Je vous dirais « Venez, entrez dans ma maison

Le temps qui a passé fait de moi une amie

Est-il vrai que pour vous j’avais de la passion ?

N’en croyez pas un mot ! On change dans la vie..

 

Vous seriez comme avant dans le même silence

D’où naquit un amour hâtif et fascinant

Trop fier pour se livrer et faire allégeance

Si pour vous j’ai souffert ? Mais non, j’ai fait semblant..

 

Croyez ce qu’il vous plaît, après tout, je m’en moque !

Mon chagrin s’est caché sans vouloir vous maudire

A quoi bon retenir l’amour qui se défroque ?

Et si vous revenez, que faut-il en déduire ?

 

Quand vous êtes parti, je n’ai pas su en rire

Alors, si d’aventure votre cœur se souvient

Que vous m’avez aimée sans vouloir me le dire

Je vous en prie, ami, passez votre chemin

 

LORRAINE