(La seule contrainte de la consigne consistait à utiliser comme dernière phrase: "Et tourna définitivement la page" Nous devions donc inventer un texte permettant de conclure de la sorte)

 D’où vient-il, ce rire de crécelle ?

 Ce ricanement haletant, ce sein nu ?

 Qui porte cette couronne dérisoire ?

 Quel visage de femme rauquesorci_re

Lance un obstiné « turlututu »

 Au petit monsieur pantois

 Enchevêtré dans les serpentins ?

 Sont-ils seuls, sont-ils trois,

 S’imbriquant l’un dans l’autre ?

 Lis-tu un psaume, nabot ?

 Hurles-tu la déchéance du monde

 Ou espères-tu la miséricorde

 Sous le chapeau pointu de l’invisible ?



 Marionnettes de l’horreur, que voulez-vous ?

 L'homme bougea. Un homme blond

 Timide et doux. Il ouvrit les yeux, surpris

 Et comprit qu’il avait rêvé.

 Ses compagnons de nuit

 Flottèrent un instant encore.

 Il s’assit sur son séant, refusa la prémonition

 Et tourna définitivement la page


LORRAINE