17 mai 2010

RICANEMENTS

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Arial; panose-1:2 11 6 4 2 2 2 2 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; ... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 10:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 novembre 2009

VENT D'AUTOMNE

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Arial; panose-1:2 11 6 4 2 2 2 2 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:Cambria; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; ... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 12:05 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 août 2009

JE N'IRAI PLUS JAMAIS...

Je n’irai plus jamais aux fêtes florentinesOù le soir dévalait comme un conquistadorLa danse s’allumait au son des mandolinesEt le ciel italien en soulignait l’accordQuand le soir dévalait comme un conquistadorLe fleuve illuminait de lueurs argentinesLes clochers embrumés comme un lointain décorEt la danse tournait au son des mandolines`Le fleuve illuminait de lueurs argentinesLes femmes alanguies et l’ombre de leurs corpsTandis que tournoyaient satins et mousselinesLes clochers s’embrumaient comme un lointain décorLes femmes... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 09:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 juin 2009

LE MAL D'AMOUR

        (J'ai écrit ce poème à la façon des Romantiques, ce qui explique un peu certaines tournures élégiaques!) X Quiconque aima jamais porte une cicatriceChacun la cache en soi espérant en guérirNul mal n’est plus présent pourtant et ce suppliceIl nous faut l’endurer à moins que d’en mourirVous  dirais-je qu’un soir je crus en l’espéranceD’un bonheur sans épine et d’un brûlant aveuL’amour qu’il m’apporta j’en ai la souvenanceMe grisa quelques jours d’un automne pluvieuxComment croire à l’amour... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 09:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 juin 2009

LE PRE AUX BLEUETS

    Un fantôme effleurait la nuit de son vol blancFurtif et soupçonneux près du château il vintPromener ses yeux vides et son regard éteintDans le pré aux bleuets qui ceinture l’étangIl parlait et pourtant nul n’entendait sa voixDans ses imprécations grimaçait la colèreIl agitait les bras et menaçait la terreDans le pré aux bleuet imprégné d’autrefoisLe fantôme soudain est redevenu  femmeDans le pré aux bleuets qu’en ce dimanche infâmeL’assassin assouvi de ses mains étrangla…Dans le parc endormi une forme bougea…« Me... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 09:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 mars 2009

TRAIN DE NUIT

     (La consigne consistait à inventer un texte d'après l'image d'un quai de gare sur lequel étaient soigneusement rangées des paires de souliers masculins identiques. J'ai donc imaginé un homme...) X   J’ai presque une heure d’avance. Sur le quai, j’attends. Ah ! ces fantasques, un voile par-ci, un soulier par-là, un corsage envolé, un jupon qui s’effeuille !  Viendront-elles en essaim ? Ou l’une après l’autre ? Patience ! Ce sont des femmes, des reines, des déesses.       Je... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 09:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
13 novembre 2008

LE MYSTERE DES FEMMES

« METTRE UN FREIN A UNE FEMME C’EST METTRE UNE LIMITE A LA MER »(Felix Lope De Vega)                                                                                                    ... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 18:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,