29 novembre 2009

JE SUIS ATCHOUM!

<!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-language:FR;} @page... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 11:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 août 2009

AIMEZ-MOI UN PEU

"Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous"...(VERLAINE)Peut-être parce que j'avais la cadence du poème "Green" de Verlaine dans l'oreille, j'ai suivi le rythme et écrit à ma façon une autre chanson d'amour... X Voici ma main, mon bras, et ma taille et mes hanchesEt puis voici mes yeux qui ont pleuré pour vousNe me demandez pas s’ils sont verts ou pervencheEt qu’à m’aimer enfin vous consentiez surtout !J’arrive toute émue déjà par le... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 16:16 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
31 mai 2009

LA ROMANCE DES FONTAINES

Les fontaines parlent d’amourSous la dentelle de leurs bronzesLa main de Neptune a toujoursLe geste bénisseur des bonzesL’eau ruisselle sur ses épaulesEt son beau visage d’airainVerdit un peu dessous le saule.La nymphe agite un tambourinLa forme oblongue d’un tritonSinue sous l’onde cristallineUn trident orne le frontonDe la fontaine citadineL’eau murmure sa chanson tristeInlassablement nuit et jourPour les amoureux,  les artistesLes poètes et les troubadoursLORRAINEPhoto Obs
Posté par incarnat à 12:27 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
08 août 2008

SI VOUS VOULEZ QUE JE VOUS DISE...

Si vous voulez  que je vous disePourquoi le poète m’émeutComprenez donc, chère EloïseIl suffit de lire en ses yeuxVous y verrez la farandoleDes sentiments qu’il ne dit pasIl les ressent mieux que personneMais les écrit, pour vous, pour moiIl sait le bonheur en dériveLes ululements des sous-boisL’instant où s’envole la griveEt l’appel du coucou matois`Il reconnaît tous les méandresLa passion ou le désarroiL’ont entraîné dans la tourmenteDu cœur humain plus d’une foisComprenez-vous, chère Eloïse,Pourquoi le poète m’émeutIl... [Lire la suite]