30 avril 2010

AIMER?

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Arial; panose-1:2 11 6 4 2 2 2 2 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; ... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 10:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 mai 2009

BONJOUR, GRANDS-PARENTS!

    Toutes les tendresses, les gardes de nuit, l’oreille aux aguets, les mains qui pouponnent, langent, bercent ou nourrissent ne seraient rien sans l’instinctive, l’irremplaçable connivence qui s’établit souvent entre grands-parents et petits-enfants.    Ils n’ont pas besoin de s’expliquer, ils se comprennent. Peut-être parce qu’au moment où l’on descend de l’autre côté de la pente tant de petits actes quotidiens paraissent vains ; l’essentiel seul compte, c’est-à-dire l’affection, l’élan, la sincérité.... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 12:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 décembre 2008

UN PETIT INTERMEDE...

    Tandis que le Père Noël fait une petite pause dans son périple enchanté (voir les posts précédents), je me glisse à sa place pour vous offrir les prédictions ancestrales!... Père Noël a rencontré les chats aujourd'hui, il reprendra la route demain... X     Nombreux sont ceux qui, pour Noël, cherchent une formule de vœux un peu différente de la coutume. J’ai regroupé ici quelques proverbes dans lesquels on peut puiser en y ajoutant un brin d’imagination et beaucoup de tendresse.    Je les aligne... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 08:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
31 août 2008

CENDRILLON

(L’atelier d’Ecriture nous a soumis un lipogramme sur le thème de « Cendrillon ». Ecrire un texte sans la lettre « o »...Pas facile’..)X   CENDRILLON     Semblable à elle, je n’ai pas de berline chamarrée. Je vais par les chemins qui ne mènent qu’au village et j’y suis bien. Je ne pense ni aux écus ni aux pendentifs, mes hardes me suffisent. Il marrive, ainsi qu’aux autres filles en leur printemps, de rêver à un Prince qui passerait par ici.  Je l’esquisse en pensée : beau, les cheveux clairs,... [Lire la suite]